5 origines de l’apparition de fissures sur une maison

D’où viennent les fissures ? En général, elles ne viennent pas du mur lui-même, mais de ce sur quoi il repose : les fondations et le sol. Si les appuis de la maison bougent après la construction, des tensions apparaissent ; et quand les tensions deviennent trop fortes pour les matériaux utilisés, le mur peut se fissurer. Le poids de la maison est alors de moins en moins bien réparti, ce qui fragilise encore davantage le bâtiment. 5 scénarios sont particulièrement fréquents.

apparitionfissures maison

Du ruissellement des eaux à l’apparition des fissures

En s’écoulant, l’eau emporte imperceptiblement des fragments de sol. Même dans un contexte de pluviométrie normale, une mauvaise évacuation des eaux souterraines peut avoir de graves conséquences. Par exemple, quand l’eau coule naturellement vers la maison du fait de la pente, elle va avoir tendance à traverser le sol au niveau des fondations et à les mettre à nu, en évacuant au fur et à mesure la terre sur laquelle elles reposaient. Ce problème s’appelle l’affouillement, également connu sous le nom de déchaussement des fondations. Dans ce cas, un tassement différentiel est susceptible de se produire : certaines zones de la maison s’affaissent, d’où des tensions dans les murs et les dallages, provoquant leur fissuration.

Les sols argileux propices à la fissuration des constructions

Les parties argileuses du sol se gorgent d’eau lorsque la terre est humide. Inversement, elles vont se dessécher et, par conséquent se rétracter, quand le temps est sec et chaud. Ainsi, en cas de variations de la température et du niveau d’humidité, le sol sous la construction se trouve alors être instable et irrégulier. De ce fait, la survenue de tassements différentiels est très fréquente, tout comme l’apparition de fissures sur le bâti.

Le manque de prise en compte des contraintes du sol

Pour envisager la construction d’une maison dans les meilleures conditions possibles, il faut bien entendu tenir compte des spécificités du terrain, au moment de réaliser les plans. Une étude des caractéristiques du sol est donc normalement menée par un professionnel, qui analyse les différentes couches du sol, leur capacité de portance et les risques qui y sont liés. Se passer de cette étude géotechnique revient à avancer à l’aveugle. Pourtant, certaines personnes la négligent (maîtres d’ouvrage et professionnels du bâtiment) et doivent par la suite faire face à des fissures qui auraient pu être évitées.

L’absence de joint de dilatation en cas d’extension de la maison

Une maison n’est pas toujours construite en une seule fois ; il arrive qu’un garage, un appentis, ou une aile entière, soient ajoutés par la suite. Dans ce cas-là, il est très important de mettre en place un joint de dilatation entre la partie principale et les extensions. Ce joint va limiter les tensions entre les deux parties du logement, qu’elles soient liées à des questions de température ou de tassement différentiel. L’absence de joint de dilatation est une cause fréquente de fissuration des maisons.

Les fondations détériorées à cause du gel

Pour éviter qu’elles ne soient en proie au gel, il est préférable que les fondations soient mises en place à une profondeur adaptée. Ainsi, elles n’auront pas à supporter de brusques augmentations du volume de la terre en cas de gel (+ 10%) et s’abîmeront beaucoup moins vite. Or, l’état des fondations a un impact direct sur l’apparition des fissures… car mal chaussée, une maison finit presque toujours par se fissurer.